FAKE

Marek Hunhap

França
Convento da Saudação | Montemor-o-Novo
15 ABR 2013 a 30 ABR 2013



Fake!: Voici donc notre tentative tératologique, notre Monstrum, notre virtuel baraque de foire. Tout
d’abord, un deuil comme prétexte, une absence, donc carnaval, mascarade, joyeuseté burlesque.
La dynamie, ce principe aristotélicien du mouvement, du changement dans un être, ou dans le
même être, en tant qu’autre, nous amène à essayer le postiche, la prothèse pour masquer notre
débilité, pour hurler notre manque, son petit côté trou-béance je-ne-suis-bien-achevé-mais-je-ne-
suis-pas-le-seul.

Rêver, dans ce barnum triste et pas dupe, aux contre-possibilités à la réalité.
Le mythe est fondateur et il est maladie. Le socle est quelque peu pourri. Mais le raconter, c’est s’en
sortir.
Les fragments de vie, chez Kantor, c’est encore de la beauté mnésique, les fragments de tous sur
les réseaux sociétaux, c’est peut-être déjà une manière d’oubli. C’est le mot d’ordre en un flot
continu d’autocontrôle. C’est un genre... Mais Arlequin peut-il encore, dans la matrice high-tech,
contrôler son pouvoir maïeutique face à tant de Mélancolie!? Les lazzis se font stridence... quelque
peu fausse. Le chamane pointe à Pôle-emploi. Faust, Prométhée, sous les ponts!! Ce qui dépasse,
déborde est désormais prévu et très bien encadré. C’est net. C’est même inter-net. Dedans... La
plume teintée de sang, les pactes et vieilles antiquailleries n’y peuvent mais. On dira!: Syndrome de
Münchhausen. Il danse seul. La rancune contre le corps, le moi-peau, suffit plus!! Mais qu’est-ce
qu’il y a hors-cadre de cette pauvre webcam!? Bazar!! Bazar!!

«!Alors, il eut l’impression qu’il allait pouvoir dire tout ce qui peut se dire, ce que l’homme a toujours
su de la nuit, du temps et des ténèbres, de ce noyau silencieux de l’homme où attend, enfoui, son
insupportable désir.!»

Thomas Wolfe.